Henri-Edmond Cross, né le 20 mai 1856 et mort le 16 mai 1910, était l'un des premiers peintres pointillistes français.

Henri-Edmond Cross Henri-Edmond Cross a été très particulièrement acclamé en tant que l'un des précurseurs du néo-impressionnisme et il a joué un rôle important dans l'élaboration de la seconde phase du courant artistique du pointillisme. Il fut très influent pour le peintre Henri Matisse et bien d'autres artistes et son travail eut une influence instrumentale dans le développement du fauvisme.

Henri-Edmond-Joseph Delacroix est né le 20 mai 1856 à Douai, dans une commune du département du Nord dans le nord de la France. Il n'avait ni frère ni sœur et ses parents étaient l’aventurier français Alcide Delacroix et la Britannique Fanny Woollett.

En 1865, sa famille s'installa près de Lille, une ville du nord de la France, à la frontière belge. Le cousin d’Alcide, le Dr Auguste Soins, reconnut le talent artistique d'Henri et supporta grandement ses penchants pour les arts, allant même jusqu’à financer ses premiers cours de dessin, donnés par le peintre Carolus-Duran. Henri fut le protégé de Duran pendant une année. Ses études se poursuivirent pour une courte période à Paris, en 1875, auprès de François Bonvin, avant qu’il ne retourne à Lille où, en 1878, il s'inscrivit aux Écoles Académiques de Dessin et d'architecture, y étudiant pendant trois ans, dans l'atelier de Alphonse Colas. Son éducation artistique continua après avoir déménagé à Paris, en 1881, avec un artiste de Douai nommé Émile Dupont-Zipcy.

Les premières oeuvres de Cross, des portraits et des natures mortes, présentaient les couleurs sombres du réalisme. Afin de se distinguer du célèbre peintre romantique Eugène Delacroix, il changea son nom en 1881, raccourcissant et anglicisant son nom de naissance pour « Henri Cross ». 1881 est aussi l'année de sa première exposition au Salon des Artistes français. Il peingnit de nombreux paysages lors d'un voyage de 1883 aux Alpes-Maritimes, accompagné par sa famille. Dr Soins, qui était aussi du voyage, fit fait l'objet d'un tableau qui fut exposé à l'Exposition Universelle de Nice, plus tard cette année-là. Pendant le voyage méditerranéen, Cross rencontra Paul Signac qui devint un ami proche et une influence artistique importante.

En 1884, Cross co-fonda la Société des Artistes Indépendants qui consistait en un groupe d'artistes mécontents des pratiques du Salon officiel et présenta des expositions sans jury ni prix. C’est alors qu’il se lia d'amitié avec de nombreux artistes impliqués dans le mouvement néo-impressionniste dont Georges Seurat, Charles Angrand et Albert Dubois-Pillet. En dépit de son association avec les néo-impressionnistes, Cross n'adopta pas leur style avant de nombreuses années. Son travail continua à montrer des influences telles que Jules Bastien-Lepage, Édouard Manet ainsi que les impressionnistes. Le changement de son style sombre et réaliste du début vers le néo-impressionisme fut graduel. Sa palette de couleurs devint plus légere et il travailla en plein air. Dans la dernière partie des années 1880, il peingnit des paysages purs qui montrèrent l'influence de Claude Monet et de Camille Pissarro. Vers 1886, tentant à nouveau de se différencier d'un autre artiste français, cette fois, Henri Cros, il changea de nouveau son nom, adoptant définitivement « Henri-Edmond Cross ».

En 1891, la Croix commença à peindre dans le style néo-impressionniste et exposa sa première grande pièce utilisant cette technique dans une exposition indépendante. Ce tableau est un portrait divisionniste de Madame Hector France, née Irma Clare, que Cross rencontra en 1888 et maria en 1893. Robert Rosenblum écrivit que « l'image est doucement accusée d'un lueur atmosphérique granulée. »

L’affinité de Cross avec le mouvement néo-impressionniste se prolongea au-delà du style de peinture, incluant jusqu'à leur philosophie politique.

L’affinité de Cross avec le mouvement néo-impressionniste se prolongea au-delà du style de peinture, incluant jusqu'à leur philosophie politique. Comme Signac, Pissarro, et d'autres néo-impressionnistes, Cross croyait aux principes anarchistes, avec l'espoir d'une société utopique. En 1896, Cross créa une lithographie, « L'Errant ». C'était la première fois qu'il travaillait avec un éditeur et la pièce fut sélectionnée de manière anonyme dans Les Temps Nouveaux, le journal anarchiste de Jean Grave. Les sentiments anarchistes de Cross influencèrent son choix de sujets. Il peignit des scènes illustrant un monde utopique qui pourrait exister à travers l'anarchisme.

Le processus de création de tableaux divisionnistes, avec de nombreux petits points de couleur, était fastidieux. Lorsque Cross voulu peindre des impressions rapides, il créa des images à l'aquarelle ou au crayon de couleur, dans ses carnets.

Les peintures de Cross du milieu des années 1890, sont typiquement pointillistes, avec de petits points de couleur positionnés à proximité et régulièrement. À partir d'environ 1895, il changea progressivement sa technique. Au lieu d'utiliser de larges coups de pinceau en forme de blocs il laissa de petites zones de toile nue, exposée, entre les coups. Les peintures ressemblaient à des mosaïques et ses travaux peuvent être considérés comme des précurseurs du fauvisme et du cubisme.

Cross commença à éprouver des problèmes de vision dans le début des années 1880 et ceux-ci devirent plus sévères dans les années 1900. Il commença aussi à souffrir de plus en plus de l'arthrite. En partie à cause de ces problèmes de santé qui le tourmentèrent pendant des années, l’oeuvre de Cross est relativement petite. Toutefois, dans ses dernières années, il fut très productif et créatif. Ses oeuvres furent présentées en solo dans des expositions significatives et il fut acclamé par la critique et eu un bon succès commercial.

En 1909, Cross fut traité dans un hôpital parisien pour le cancer. En janvier 1910, il retourna à Saint-Clair où il succomba au cancer à peine quatre jours avant son 54e anniversaire, le 16 mai 1910. Sa tombe, située dans le cimetière du Lavandou, dispose d'un médaillon en bronze que son ami Théo van Rysselberghe a conçu. En juillet 1911, la ville de naissance de Cross, Douai, a monté une exposition rétrospective de son œuvre.